Maison autonome : L’avenir des constructions énergétiquement indépendantes

Vous envisagez de faire construire une maison ? Vous devrez commencer par réfléchir à plusieurs aspects, tels que le choix du terrain à bâtir, les coûts des raccordements aux réseaux eau, ERDF et Telecom ainsi que les possibilités de financement du projet de construction. Une maison neuve vous permettra également de mieux maîtriser vos consommations énergétiques.

Le concept de maison autonome renvoie inévitablement à l’idée d’indépendance énergétique totale. Du point de vue énergétique, la maison automne est capable de produire toute la quantité d’énergie dont elle a besoin. C’est pourquoi elle offre des avantages similaires à la maison passive.

Qu’est-ce qui définit une maison passive ?

Les spécificités de la maison passive concernent trois axes. Il s’agit de trois aspects très importants qui caractérisent la maison passive : les économies d’énergie, la qualité de l’air et de l’eau et la domotique respectueuse de l’environnement. Tout comme la maison passive, la maison autonome est énergétiquement autosuffisante.

Et une maison autonome ?

Appelée aussi maison énergie zéro, la maison autonome est conçue pour satisfaire ses propres besoins énergétiques et consommer très peu d’énergie (environ 100 kWh/m2/an). En ce qui concerne le chauffage, la consommation est nettement inférieure à 15 kWh/m2/an. Ainsi, la maison autonome ne repose ni sur le solaire passif, ni sur le puits canadien.

Afin d’être énergétiquement indépendante, la maison autonome en tenant compte de plusieurs techniques spécifiques. Tout d’abord, elle dispose d’un système d’isolation intérieure et extérieure performant. Pour cela, les murs doivent avoir un certain niveau d’épaisseur. Ensuite, elle dispose d’un triple vitrage et d’une toiture végétalisée. L’énergie solaire est exploitée, elle aussi, au maximum, par l’intermédiaire des panneaux solaires photovoltaïques et du plancher chauffant à l’énergie solaire.

Quant à la consommation de l’eau, la maison autonome peut collecter de l’eau de pluie pour répondre avec succès aux divers besoins individuels. L’eau collectée peut être traitée à l’aide de la végétation aquatique qui sert d’agent épurateur. Ainsi, même si elle ne peut pas être consommée, l’eau peut être utilisée pour le lave-linge ou le lave-vaisselle, pour la salle de bains ou pour jardiner.

PTZ 2017 : Tout savoir sur les conditions d’obtention du prêt
La géothermie, ce qu’il faut savoir