Se chauffer à l’énergie renouvelable, le puits canadien

Un puits canadien est un échangeur géothermique à très basse énergie qui alimente un bâtiment en air en le faisant circuler dans un conduit enterré. Ce procédé permet de refroidir ou réchauffer l’air en utilisant l’inertie thermique du sol. C’est ce qu’on appelle également échangeur air-sol ou puits provençal. Le système est basé sur le fait que la température sous terre est différente de celle de l’air se trouvant en surface. Le puits canadien permet de réaliser des économies d’énergie sans faire de concessions sur la qualité de l’air ambiant.

Le puits canadien, par où commencer ?

La température moyenne de la terre à deux mètres de profondeur varie entre 10 et 18°C selon les saisons. C’est pour cela que lors de l’installation de votre puits canadien, le tube sera enterré au moins à 1.5 mètre. Cela permet qu’il soit à l’abri du gel, que la variation de température journalière soit déphasée par rapport à celle de la surface et que la température moyenne mensuelle varie au cours des saisons.

La première étape indispensable pour installer un puits canadien est de faire réaliser une étude thermique par un professionnel. Cette étape permettra de bien connaître la nature du sol et d’adapter les dimensions du puits en fonction des résultats de l’étude. Une fois réalisée, il faut dimensionner le puits et réaliser les trous en conséquence.

Il y a deux éléments extérieurs dans un puits canadien, la borne de prise d’air et les conduits extérieurs. La borne de prise d’air est l’endroit où se renouvellera l’air de la maison. Il faut bien réfléchir à la qualité des matériaux qui seront enterrés pour les conduits extérieurs.

Parmi les éléments intérieurs, on trouve le ventilateur d’extraction qui doit être dimensionné en fonction de l’installation pour éviter de mettre la construction en surpression et le by-pass qui est le mécanisme relié au puits canadien. Ce mécanisme dispose d’une prise d’air directe à l’extérieur afin de délivrer la température d’air la plus adéquate selon la période de l’année. On trouve également les bouches qui raccordent toutes les pièces de la maison au puits et les conduits intérieurs d’insufflation.

Installation du puits canadien

L’installation d’un puits canadien peut être réalisée par un professionnel ou à l’aide de kits mis en vente dans des magasins de bricolage ou directement en ligne sur des sites spécialisés. Si vous choisissez d’installer vous-même votre puits canadien, cela peut vous permettre de réduire considérablement votre facture. Elle pourra être diminuée jusqu’à 60% ou plus selon les matériaux utilisés. Il est important de bien préparer le chantier en amont et de ne surtout pas improviser une fois celui-ci commencé. Ne faites pas l’erreur de ne pas vous renseigner sur la nature du terrain avant car c’est une composante très importante de la réussite de l’installation d’un puits canadien. Un échangeur géothermique  tel que le puits canadien n’est pas juste un tuyau dans le sol, il faut le mesurer précisément pour ne pas le sur ou sous dimensionner ce qui entraînerai une mauvaise pression dans les tuyaux et l’habitat. Il faut noter également qu’un puits canadien demande un entretien régulier pour fonctionner de manière optimale.

Coût et performances d’un puits canadien

Le rendement de votre puits dépend de la nature de votre sous-sol, de la dimension du tube, du débit d’air, de la profondeur de l’enfouissement du tube et du taux d’hygrométrie du flux d’air dans le tube. Bien sûr, le coût d’un puits canadien dépend de la taille de l’habitation et des matériaux utilisés mais il faut compter un minimum de 2 000€ pour s’assurer d’avoir de bons matériaux, adaptés et résistants. Un puits canadien consomme 10 fois moins d’énergie qu’un système classique et en récupère en moyenne 10 fois plus qu’il n’en consomme.

Petite astuce : l’installation d’un puits canadien entre dans la réglementation thermique RT2005 s’inscrivant dans le cadre de la directive européenne de janvier 2003 dont l’objectif est de réduire de 75% les consommations énergétiques d’ici 2050.

PTZ 2017 : Tout savoir sur les conditions d’obtention du prêt
La géothermie, ce qu’il faut savoir